A Beersel, j’ai rencontré un grand artiste peintre : WILCHAR


(10/02/1998) 

Ce samedi, le soleil est au rendez-vous et dès l’entrée de cette propriété construite en pleine campagne de Beersel (Alsemberg), cette lumière automnale éclaire les décorations du jardin et vous plonge d’ores et déjà dans un autre monde. On pénètre dans un univers où la pensée se manifeste sous toutes ses formes d’expression. Ici, elle s’exprime simplement sous forme de texte projeté sur un mur ; là, elle jaillit au travers de l’utilisation fallacieuse d’un objet de la vie courante ; là encore, elle vous explose au visage par la caricature picturale ou la peinture. Tout respire la pensée de l’artiste.

Wilchar, âgé de 88 ans aujourd’hui, me laisse découvrir son atelier, ses gravures… toute une vie de combat pour la liberté et son expression.

Le combat, il sait ce que c’est, lui qui a été emprisonné à Breendonck. De ses linogravures, les aplats noirs renforcent l’impression de cet engagement, de cette lutte pour le respect des qualités humaines et de la dérision de ses travers. La réalité de la fourberie humaine, vérité cachée, vous éblouit, marquée par la pertinence avec laquelle elle vous est dévoilée
Le garage, véritable caverne d’Ali Baba de la philosophie, abrite une vingtaine de panneaux traitant eux aussi des travers humains, exposant ouvertement ce que bon nombre n’ose murmurer.

Le plus remarquable dans toute cette oeuvre est sans doute la facilité avec laquelle le message de l’artiste est compris par tous ses publics. Il ne faut pas être grand critique d’art ni « professionnel de la culture » pour suivre Wilchar dans le cheminement de sa pensée. C’est d’ailleurs à juste titre qu’il aime à se situer en tant qu’imagier populaire.
Wilchar : « Images pour du vrai, images pour du rire, images pour la colère, images de tendresse, images pour rêver, images du vécu… au coeur d’une société décadente… », ces phrases sont empruntées à la première page d’un des périodiques qu’il a publiés et reflètent très bien sa propre image.
Cette première rencontre m’a littéralement laissé bouche bée, les yeux pleins d’images et la tête pleine de réflexions. Avez-vous déjà éprouvé la sensation d’être en présence d’un grand « Personnage Historique » ? Je n’ai certes pas le talent d’expression de ce grand artiste pour vous décrire l’émotion que j’ai ressentie mais je vous invite à l’éprouver par vous-même lors de notre prochaine visite organisée de sa demeure et de son atelier. A cause de problèmes oculaires, Wilchar aujourd’hui ne peint plus, mais c’est avec une très grande gentillesse que son épouse et lui-même nous offrent le plaisir exceptionnel de pouvoir vous inviter à découvrir le résultat de toute une vie d’artiste.

Denis MEUNIER

Meunier

“Je regarde devant. 

Mon horizon coule doucement.
Comme l’océan dans son mouvement, j’avance, lent mais constant.
Si je voulais courir pour tout dire, je ne ferais que me trahir et m’étourdir.
À vouloir tout et être partout, on manque les plus beaux rendez-vous.
Au rythme de mes nuances, j’avance.
Dans un monde rapide et jetable, je suis toujours le dernier à quitter la table.
Devant le plus simple paysage, il n’y a pas de limite à mon voyage.
Ma patience inspire le soleil et ma cadence endort les anges.
Mais Balzac lui-même n’a-t-il pas dit un jour, que la constance était la plus grande expression de la puissance?
Comme le temps que prend la mer pour façonner sa pierre, je veux moi aussi laisser au temps le temps d’être artisan.
En sa cadence je fais confiance, et avec de la chance je construirai quelque chose qui aura de l’importance.”

Denis MeunierArtisan Québécois

Hé oui, ce n’est pas du Denis Meunier, le p’tit belge, … mais j’ai bien aimé.

Trouvé sur Internet à la page : http://www.metiers-d-art.qc.ca/actualite/flash_artisan/meunierd.html , un texte d’un homonyme, artisan québécois, le texte suivant